Le FCM a tremblé jusqu’au bout

Publié le par Cédric DECKER

DH

S’il a rapidement ouvert le score face à des Ludoviciens réduits à dix dès la 28e, le FC Mulhouse a néanmoins dû batailler jusqu’à la fin pour l’emporter.

Du suspense, du rythme, de l’envie et une multitude d’occasions franches, le derby haut-rhinois qui opposait hier après-midi la réserve mulhousienne au FC Saint-Louis Neuweg a tenu toutes ses promesses. Au sortir de la première demi-heure de jeu, nombreux étaient pourtant les spectateurs à croire le match déjà plié. Portée en tête au tableau d’affichage grâce à Dolinski, parfait au moment de conclure un travail amorcé par Clauss puis Kaymak (1-0, 10e), et dominatrice dans la conservation du ballon, la réserve mulhousienne se voyait de surcroît offrir la possibilité d’évoluer en supériorité numérique, suite à l’expulsion de l’attaquant ludovicien Pepin (28e). Un handicap rédhibitoire, pensait-on, pour une formation de Saint-Louis qui devait, dans la foulée, faire face aux incessantes vagues locales. Ainsi les Mulhousiens Kauffmann (35e), Dolinski (42e) et Boudjerda (45e+1) prenaient tour à tour leur chance devant les buts de l’impeccable Fedrigo.
Un « petit » but de retard à la pause, voilà qui était donc plutôt bien payé pour les Ludoviciens. Sentant que le coup était toujours jouable, ces derniers retrouvaient la pelouse avec le plein d’énergie et surtout la ferme intention de se jeter vers l’avant à la moindre occasion. La méthode comportait évidemment des risques puisque le FCM restait lui aussi dangereux, à l’image de cette tête de Contreras sur la barre transversale (53e) ou de cette frappe trop écrasée de Boudjerda (56e), mais elle avait le mérite d’entretenir un sérieux suspense dans cette rencontre. Parti dans le dos de la défense, Feghayl obligeait ainsi le capitaine mulhousien M’Bizi à un sauvetage acrobatique pour éviter l’égalisation (58e). Puis c’était le poteau qui venait en aide au FCM sur une frappe des 25 mètres du redoutable Ponelle (76e).
Malgré la fatigue et la chaleur, le dernier quart d’heure ne faisait pas baisser le rythme de la rencontre. Le portier ludovicien jouait encore le pompier de service sur une tête à bout portant de Mokhtari (79e), alors que son vis-à-vis mulhousien devait quant à lui boxer une tentative de lob de Meneceur depuis la ligne médiane (82e). La toute fin de match était toutefois à l’avantage du FC Saint-Louis/Neuweg. Mais la défense mulhousienne, emmenée par un duo Kauffmann-M’Bizi impérial dans l’axe, ne rompait pas.

Publié dans L'actualité

Commenter cet article