La préparation invisible

Publié le par Cédric DECKER

La victoire autour du terrain

Plus qu'un entraînement spécifique destiné à améliorer vos performances sportives, la préparation physique est une véritable prise de conscience personnelle. Car ce qu'on fait sur leterrain n'est utile que si l'on se plie à un minimum de rigueur quand on sort du cadre sportif.

CONTEXTE

Dans le jargon des préparateurs physiques, quand on parle hygiène de vie, on parle depréparation invisible. « Elle est relative à tout ce que le joueur fait au quotidien pour améliorer sa performance hors du cadre du club, confie Nicolas Dyon. C'est un état d'esprit qui fait la longévité d'une carrière. C'est très difficile à quantifier, toujours très subjectif, mais sur le long terme, la performance fait le reste. Quand il n'est pas en stage, à l'entraînement ou en mise au vert, le joueur est livré à lui-même, les staffs technique et médical sont là pour le guider, mais la démarche concrète c'est lui qui la met en place. Savoir vivre et volonté de réussir sont les maîtres mots, car aujourd'hui, pour ce qui est du haut niveau, il n'y a plus de place pour un joueur qui n'a pas d'hygiène de vie. Mais avant la performance, c'est avant tout un gage de bonne santé... ».

Habitué à avoir un train d'avance sur le reste de la planète football, Arsène Wenger a compris depuis longtemps que cette hygiène de vie peut favoriser ou anéantir la carrièred'un joueur de haut niveau. Féru de diététique, ce dernier affirme même qu'une bonne alimentation constitue 30% de la performance ! Mais bien manger, ce n'est pas tout.

L'hygiène de vie, c'est une approche globale qui doit accompagner le sportif professionnel ou amateur. Des carrières à la Marcel Desailly ou Didier Deschamps laissent entendre une préparation invisible poussée à son paroxysme. À Nice, Olivier Echouafni est à mettre enévidence, à Cannes, Patrice Carteron est un modèle du genre. Mais si le sport amateur est moins pointu, il nécessite tout de même un respect de certaines règles. Et très souvent, les anciens montrent la voie aux plus jeunes qui, dès la formation, doivent être sensibilisés. « Un musicien prend soin de son instrument, c'est pareil pour le sportif, ajoute Nicolas Dyon. Pour le sportif amateur, l'objectif est différent, mais le plaisir de jouer passe par un minimum de rigueur ». Il ne faut pas minimiser la dépense énergétique que l'on impose à notre corps en pratiquant un sport en compétition. L'impact sur l'organisme d'une séance d'entraînement ou d'un match n'est pas anodin, d'autant plus quand il fait chaud. En période de canicule, la dépense énergétique est multipliée par deux et une séance de deux heures peut coûter très cher. Surce laps de temps précis, une expérience a montré qu'à 28 degrés un joueur « brûle » 1500 calories. Il convient donc de recharger les batteries. Et si le besoin en kilo-calories est de 2700 pour un « sédentaire », il est supérieur pour un sportif et peut atteindre 3800 quand on parle de haut niveau ! Ainsi, il faut savoir gérer son capital, ce que de simples gestes quotidiens peuvent favoriser.

Bien dormir

Le sommeil est un facteur important pour une bonne hygiène de vie. Il n'y a pas trente six solutions pour bien récupérer : dormir ! Certains en ont plus besoin que d'autres, mais personne ne peut s'en passer. Dans ce domaine, l'avenir appartient à ceux qui se couchent tôt, car le cycle de sommeil entre 23 heures et 1 heure du matin est le plus réparateur. Il est risqué de rater ce cycle, car on peut mettre plusieurs heures ensuite pour s'endormir. Restera à rattraper le temps perdu par une sieste réparatrice...

Bien s'alimenter

Bien s'hydrater

Bien récupérer... et se préserver !

Pour récupérer, il existe de multiples approches, de la plus simple à la plus sophistiquée. Les traditionnels massages sont très efficaces, quoi que pas toujours évidents à réaliser. En fait, tout est dans le retour veineux, c'est-à-dire le retour du sang oxygéné dans l'organisme. On peut accélérer ce processus avec un mouvement facile et connu : couché contre un mur avec les jambes en l'air pendant dix minutes, ou à l'aide de chaussettes de récupération, un outil de plus en plus utilisé par les joueurs de haut niveau. Le principe est simple : Le mollet est assimilé à une éponge qui ramasse toutes les toxines et, en le compressant, les chaussettes accélèrentl'élimination de celles-ci. Pour les contractures, ces chaussettes fabriquées sur mesure se montrent également très efficaces. En matière de récupération, on peut galement mettre en avant les séances de hammam et sauna qui favorisent l'élimination de l'acide lactique et des toxines par la transpiration. Certains utilisent les chocs thermiques qui consistent en un bain chaud pendant cinq minutes, suivi d'une douche froide dans la foulée. Le choc thermique ouvre les capillaires sanguins, le débit sanguin augmente et le retour veineux s'accélère, toujours la même logique... Et puis évoquons tous la thalassothérapie (eau salée qui agit beaucoup sur les articulations) et la balnéothérapie (eau non salée) qui sont de plus en plus utilisées. Soins personnalisés, bains à bulles, jets massants, tout un arsenal de techniques qui favorisent la régénération de l'organisme. Enfin, les étirements passifs de récupération et de relaxation doivent être un réflexe évident. On étire l'ensemble des chaînes musculaires de l'organisme par des mouvements progressifs de vingt à trente secondes. Cela redonne au muscle sa taille normale après que l'effort l'eut rétracté. En parallèle, un travail postural avec un kiné permet de gagner en amplitude articulaire et d'optimiser sa motricité comme ses étirements de récupération. Quoi qu'il en soit, en matière de préparation physique, l'endurance, la vitesse, la musculation et les étirements ne sont rien si l'on méprise son corps au quotidien. L'hygiène de vie est une affaire de conscience individuelle et pour conclure, on pourrait dire que chacun voit midi à sa porte, que l'organisme est parfois surprenant, que l'on peut fumer et boire tout en faisant du sport, mais aussi que l'addition peut être très salée si l'on brûle la chandelle par les deux bouts.

 

Publié dans Libres-propos

Commenter cet article